Se connecter avec
S'enregistrer | Connectez-vous
Votre question

Commentaire composé sur le chapitre 10 de l'assomoir

Tags :
  • Danse
Dernière réponse : dans Etudes - Travail
Partagez
23 Décembre 2009 14:10:01

Bonjour à tous,
Je suis en 2° et j'ai un commentaire composé à rendre pour la rentrée mais je galère un peu pour trouver un plan. Est ce que vous pourriez m'aider? :??: 

Mon texte est :
"C'est que, dans le ménage des Coupeau, le vitriol de l'Assomoir commençais à faire aussi son ravage. La blanchisseuse voyait arriver l'heure où son homme prendrait un fouet comme Bijard, pour mener la danse. Et le malheur qui la menaçait, la rendait naturellement plus sensible encore au malheur de la petite. Oui, Coupeau filait un mauvais coton. L'heure était passée où le cric lui donnait des couleurs. Il ne pouvait plus se taper sur le torse, et crâner, en disant que le sacré chien l'engraissait ; car sa vilaine graisse jaune des premières années avait fondu, et il tournait au sécot, il se plombait, avec des tons verts de macchabée pourrisant dans une mare. L'appétit, lui aussi, était rasé. Peu à peu, il n'avait plus eu de goût pour le pain, il en était même arrivé à cracher sur le fricot. On aurait pu lui servir la ratatouille la mieux accommodé, son estomac se barrait, ses dents molles refusaient de mâcher. Pour se soutenir, il lui fallait sa chopine d'eau-de-vie par jour ; c'était sa ration, son manger et son boire, la seule nourriture qu'il digérât. Le matin, dés qu'il sautait du lit, il restait un gros quart d'heure plié en deux, toussant et claquant des os, se tenant la tête et lâchant de la pituite, quelque chose d'amer comme chicotin qui lui ramonait la gorge. ça ne manquait jamais, on pouvait apprêter Thomas à l'avance. Il ne retombait d'aplomb sur ses pattes qu'après son premier verre de consolation, un vrai remède dont le feu lui cautérisait les boyaux. Mais, dans la journée, les forces reprenait. D'abord, il avait senti des chatouilles, des picotements sur la peau, aux pieds et aux mains ; et il rigolait, il racontait qu'on lui faisait des minettes, que sa bourgesoise devait mettre du poil a gratter entre les draps. Puis, ses jambes étaient devenues lourdes, les chatouilles avaient fini par se changer en crampes abodminables qui lui pinçaient la viande comme dans un étau. ça, par exemple, lui semblait moins drôle. Il ne riait plus, s'arrêtait court sur le trottoir, étourdi, les oreilles bourdonnantes, les yeux aveuglés d'éteincelles. Tout lui paraissait jaune, les maisons dansaient, il festonnait trois secondes, avec la peur de s'étaler.D'autre fois, l'échine au grand soleil, il avait un frisson, comme une eau glacée qui lui aurait coulé des épaules au derrière. Ce qui l'enquiquinait le plus, c'était un tremblement de ses deux mains ; la main droite surtout devait avoir commis un mauvais coup, tant elle avait des cauchemars. Nom de Dieu ! il n'était donc plus un homme, il tournait à la vieille femme ! Il tendait furieusement ses muscles, il empoignait son verre, pariait de le tenir immobile, comme au bout d'une main de marbre ; mais, le verre, malgré son effort, dansait le chahut, sautait à droite, sautait à gauche, avec un petit tremblement pressé et régulier. Alors; il se vidait dans le coco, furieux, gueulant qu'il lui en faudrait des douzaines et qu'ensuite il se chargerait de porter un tonneau sans remuer un doigt. Gervaise lui disait au contraire de ne plus boire, s'il voulait cesser de trembler. Et il se fichait d'elle, il buvait des litres à recommencer l'expérience ; s'enrageant, accusant les omnibus qui passait de lui bousculer son liquide."


Mon prof nous a déjà proposé un plan :
I. Description naturaliste des ravages physiques
1. ??
2. ??
II. Ravages de l'alcool dans le couple
1. ??
2. ??
III. Un portrait imager et vivant de Coupeau
1. ??
2. ??



Il me manque les sous parties.
Merci de votre aide.
:hello: 

Autres pages sur : commentaire compose chapitre assomoir

3 Octobre 2011 17:08:51

Zola se livre, dans cette page, à une description naturaliste des ravages opérés dans l'organisme de l'alcoolique
Sa narration nous fait suivre les transformations physiques d'un alcoolique
Ces symptômes se doublent de l'apparition progressive de troubles dans les perceptions sensorielles
Zola brosse du malade un portrait en mouvement particulièrement pittoresque et saisissant
Les ravages du corps s'accompagnent de ravages comportementaux et conjuguaux
Le couple de Gervaise et Coupeau, le ménage, est atteint
Mais c'est surtout à l'étude psychologique de ce mari que se livre Zola
C'est enfin le cercle vicieux de la dépendance qui est décrit par Zola
Ce portrait est rendu particulièrement vivant et saisissant par l'emploi de termes et d'images populaires
Zola fait entendre la langue du peuple conformément aux principes naturalistes présentés dans la Préface
Cette verdeur de la langue populaire s'accompagne d'images imprévues et fortes
m
0
l
3 Octobre 2011 17:10:03

Zola se livre, dans cette page, à une description naturaliste des ravages opérés dans l'organisme de l'alcoolique
Sa narration nous fait suivre les transformations physiques d'un alcoolique
Ces symptômes se doublent de l'apparition progressive de troubles dans les perceptions sensorielles
Zola brosse du malade un portrait en mouvement particulièrement pittoresque et saisissant
Les ravages du corps s'accompagnent de ravages comportementaux et conjuguaux
Le couple de Gervaise et Coupeau, le ménage, est atteint
Mais c'est surtout à l'étude psychologique de ce mari que se livre Zola
C'est enfin le cercle vicieux de la dépendance qui est décrit par Zola
Ce portrait est rendu particulièrement vivant et saisissant par l'emploi de termes et d'images populaires
Zola fait entendre la langue du peuple conformément aux principes naturalistes présentés dans la Préface
Cette verdeur de la langue populaire s'accompagne d'images imprévues et fortes
m
0
l
3 Octobre 2011 17:10:47

Sommaire
Zola se livre, dans cette page, à une description naturaliste des ravages opérés dans l'organisme de l'alcoolique
Sa narration nous fait suivre les transformations physiques d'un alcoolique
Ces symptômes se doublent de l'apparition progressive de troubles dans les perceptions sensorielles
Zola brosse du malade un portrait en mouvement particulièrement pittoresque et saisissant
Les ravages du corps s'accompagnent de ravages comportementaux et conjuguaux
Le couple de Gervaise et Coupeau, le ménage, est atteint
Mais c'est surtout à l'étude psychologique de ce mari que se livre Zola
C'est enfin le cercle vicieux de la dépendance qui est décrit par Zola
Ce portrait est rendu particulièrement vivant et saisissant par l'emploi de termes et d'images populaires
Zola fait entendre la langue du peuple conformément aux principes naturalistes présentés dans la Préface
Cette verdeur de la langue populaire s'accompagne d'images imprévues et fortes
m
0
l
Tom's guide dans le monde
  • Allemagne
  • Italie
  • Irlande
  • Royaume Uni
  • Etats Unis
Suivre Tom's Guide
Inscrivez-vous à la Newsletter
  • ajouter à twitter
  • ajouter à facebook
  • ajouter un flux RSS